2

La ville de Banff

La ville de Banff me fit penser à un spectacle qui sembla ouvrir ses rideaux aux lacs Vermilion. Là, les rayons du soleil tombant sur les derniers pics visibles, dont le plus impressionnant, celui du mont Rundle, se fit un plaisir de nous diriger vers l’entrée.

1 2

 

À la différence des sites touristiques comme les lacs précédents, devant lesquels les visiteurs s’arrêtaient pour admirer le paysage pour ensuite faire volte-face et suivre la route de la prochaine image 2D à capturer (celle qui servira d’aide-mémoire au moment de raconter leurs péripéties de voyage à leur entourage); Banff était plutôt une réalité 3D ne pouvant être immortalisée que par l’expérience. Les rues du centre-ville qui fourmillent aux battements des cœurs semblent bercées par l’esprit sauvage qui l’entoure. Entre petites boutiques cadeaux, restaurants aux terrasses vivantes et ruelles chaleureuses qui cachent les points paisibles, mais non sans mouvement, les extrémités des rues ouvrent la porte aux montagnes qui offrent à la ville son caractère naturel et quelque peu isolé. Je me suis aisément promenée, tout un après-midi au soleil, sans me sentir encombrée par le nombre d’êtres humains qui m’entouraient. À la fin de la visite, je suis allée rejoindre Alexandre à notre maison roulante, stationnée dans la partie résidentielle de la ville.

 

Le moment le plus grandiose fut, selon moi, la vue dont nous avons été témoins après avoir roulé sur la route du mont Norquay. À ce moment, j’ai pu vivre la réminiscence de l’aspect microscopique de notre espèce par rapport à l’immensité de la nature. De l’endroit où nous étions, la ville n’était qu’un rassemblement civil prêt à être enseveli par la vie sauvage.

3

 

Au lendemain matin, c’est aux lacs Vermilion que nous avons assisté au lever du soleil. L’eau sans défaut miroitait les premières couleurs de la journée qui accompagnaient le mont Rundle. Quelques photographes ayant la même motivation que nous s’étaient aussi réveillés pour assister à ce commencement. Par la suite, nous sommes arrivés pour l’ouverture du café et boulangerie artisanale Wild Flour afin de goûter à l’ambiance matinale de la ville. L’endroit, dès la première minute, fut témoin d’une file s’allongeant jusqu’à la porte d’entrée, prête à se faire servir son deal ‘’café-déjeuner’’; préface d’une bonne journée.

4 5

 

Alors que tout semblait tranquille avant le réveil des artistes et des boutiques, la ville de Banff fut, de nouveau, bondée de spectateurs prêts à soutirer l’animosité de ce que cet endroit révèle…

Texte par Justine Tétreault